Plan du blog

Pages

Articles par catégorie

3 réflexions au sujet de « Plan du blog »

  1. Christine PAULET GRANET

    Bonsoir madame roumanoff
    Je ne sais pas si ce message vous sera adressé directement mais je voulais vous dire que depuis que je vous ai vu dans l’émission de Frédéric Lopez j’ai acheté votre livre que j’ai dévoré en deux jours
    J’ai bien compris votre message de calme et de bonne humeur mais c’est difficile même si j’ai déjà ressenti les bienfaits comme vous le dites dans votre livre
    Tous les symptômes que vous évoquez je les ai reconnu chez mon mari et cela m’a beaucoup troublée
    J’espère avoir votre courage et réussir comme vous a l’accompagner le plus longtemps possible
    Bien amicalement
    Christine

    Répondre
  2. BRIET Nicolle

    Madame, je viens de lire votre livre « Le bonheur plus fort que l’oubli », merci d’avoir mis votre expérience à la portée de tout le monde avec tout votre vécu expliqué simplement…. Je me retrouve dans certains passages surtout au début : l’énervement, l’incompréhension mais certaines de vos suggestions je les ai déjà mises instinctivement en application mais vous nous offrez encore énormément d’idée….. Encore merci
    .

    Répondre
  3. Collet

    Bonjour Madame, Je m’appelle Caroline Collet, j’ai 26 Ans, j’ai travaillé dans une unité de vie alzheimer pendant 4 ans, dans une maison de retraite proche de Lille. Aujourd’hui, je travaille dans une société de service à la personne à domicile qui s’appel Alenvi. Grâce à cette société, je suis venue vous voir en conférence au Forum 104 le Jeudi 26 Janvier 2017. Votre intervention m’a ouvert les yeux sur mon travail et j’ai vraiment vu cette maladie d’un oeil nouveau. Dans le cadre de notre société et dans le but de partager notre expérience avec vous, mon patron (Thibault de Saint Blancard) et moi-même avons pris des notes sur les points de votre histoires qui nous ont marqués. Je vous invite à les lire, si vous le voulez bien, et pourquoi pas, si vous en avez le temps, les éclairer et les compléter … Dans un second temps, j’aimerai partager une histoire qui m’est arrivée. Une semaine et demi avant votre conférence, ma collègue m’a contacté pour m’expliquer qu’elle s’occupait d’une dame d’un certain âge, ayant été diagnostiquée Alzheimer. Ayant vécut toute au long de sa vie avec des domestiques, elle était avec ma collègue, difficile, dirigiste, parfois même, effroyablement blessante dans ses propos. Afin d’essayer de régler le conflit qui s’était établit entre elles, je suis allée à son domicile au cours de l’intervention de ma collègue. Autant vous dire qu’elle a été particulièrement exécrable avec moi tout comme avec ma collègue. Mais, il y a deux choses qui m’ont rassurées : la première étant que je l’ai volontairement poussé à bout, mais qu’elle s’est contrôlée (tellement contrôlée d’ailleurs, qu’elle en tremblait de rage …). La seconde, était qu’elle avait pour son fils, une grande admiration et une grande affection, se manifestant par un calme étonnant, vis à vis de ce qu’il pouvait lui dire ou lui demander (j’aime savoir que les personnes âgées dont je m’occupe, ont de bonnes relations avec leurs familles). J’ai donc proposé à ma collègue et au fils de cette dame d’essayer de m’occuper d’elle, à savoir que l’intervention nécessite de faire le ménage de son lieu de vie, et de la stimuler à faire sa toilette. Lorsque j’ai commencé à m’occuper d’elle, nos relations étaient très tendues et je ne faisais, par mon comportement irrespectueux et insolent, que les empirer. Nous étions arrivées à un point tel que nous aurions pu en arriver aux mains. Je pense que je me suis laissée influencer par ce que m’a dit ma collègue, à savoir, qu’avec elle, seule la force pourrait marcher. lorsque je suis arrivée chez elle, je me considérais comme étant le féroce défendeur de ma collègue, ce qui aujourd’hui me fait dire, que nous ne pouvions en arriver qu’au conflit … Lorsque j’ai entendu et vu votre témoignage, j’ai réalisé que j’avais perdu de vue le fait que ma bénéficiaire avait « la confusionite » et que le conflit ne pouvait qu’engendrer le conflit. J’ai alors décidé de tester votre méthode (j’ai d’ailleurs dévoré votre livre, ce qui m’a d’ailleurs bien aidé et donner du courage) Le lendemain de votre conférence, je suis allée chez elle, et je lui ai présenté mes excuses les plus sincères pour le comportement que j’avais eu envers elle durant la semaine qui venait de s’écouler. Lorsqu’elle m’a dit qu’elle me pardonnait et que tout était oublié, je me suis mise à pleurer : c’était très émouvant … Depuis ce jour, nous ne nous sommes plus jamais accrochées. Je commence à bien la connaître et je peux désormais prévenir, presque tout ce qui est pour elle source d’angoisse. Nous sommes entrain de construire une véritable relation de confiance qui nous aide, l’une comme l’autre à nous épanouïr. Je lui ai rendu son estime d’elle même, et elle m’a offert le mien. Si aujourd’hui nous en sommes là, c’est grâce à vous. Votre positive attitude m’a véritablement inspiré, et je me souviendrais toute ma vie de ce jour où mon intervention est devenue une relation. Alors aujourd’hui je tiens à vous remercier pour tout ce que vous faite pour les aidants des patients atteints par la maladie d’Alzheimer. Vous m’avez offert la joie, la bonne humeur et la confiance que je nous refusais. Merci infiniment. Caroline Collet

    Répondre

Laisser un commentaire