Comment parler à une personne fragile

Comment faire boire une patiente qui n’a pas soif?

Quand nous nous regardons quelqu’un faire quelque chose par exemple boire, dans notre cerveau les neurones qui servent à faire le geste de boire « s’allument » sans que nous n’ayons rien à faire. C’est ce qu’on appelle les neurones miroirs. C’est ainsi que l’on peut apprendre en regardant quelqu’un faire. C’est ainsi qu’on éprouve du plaisir au cinéma ou au théâtre. Le bon comédien qui éprouve une émotion et qui ne se contente pas de réciter son texte nous fait éprouver la même émotion, nous fait vivre quelque chose à l’intérieur de nous. Chez les enfants ces neurones sont très actifs et ils restent réactifs chez les patients Alzheimer même à un stade très avancé de la maladie.

Si une personne dit qu’elle n’a pas soif et refuse la boisson qu’on lui présente, il est inutile de la raisonner :  » Il fait chaud, il faut boire sinon tu vas te déshydrater ». Inutile et contre productif. Elle risque de se sentir forcée, de ne pas apprécier que quelqu’un d’autre lui dicte sa conduite et de s’entêter à refuser de boire. Si elle voit une personne boire devant elle avec plaisir et qu’il y a une boisson qu’elle peut facilement prendre, au bout d’un nomment elle va se mettre à boire. Il suffit alors de renouveler la boisson sans commentaire inutile: « Ah! tu vois bien que tu avais soif. »

Une dame qui attend l’autobus dans une chambre d’Hôpital

Une infirmière entre dans la chambre d’une patiente pour l’aider à se coucher. La dame est assise par terre: Que faites vous là, assise?

  • J’attends l’autobus pour aller chez ma sœur…

Comme souvent on sait que les personnes sont malades et on continue à leur parler comme si elles ne l’étaient pas. L’infirmière dit: « Il n’y a pas d’autobus! Il faut vous coucher c’est l’heure! » Le résultat ne se fait pas attendre la dame proteste. Si cette personne n’avait pas la maladie d’Alzheimer elle n’aurait pas l’idée de s’asseoir dans sa chambre pour attendre l’autobus.

Comment en est elle arrivée là? Elle a réfléchi : « je ne me sens pas bien ici, si j’allais chez ma sœur je serai bien mieux. Pour aller chez elle il faut prendre l’autobus. Je ne sais pas où il est et les portes sont fermées. Le seul endroit où je peux l’attendre c’est ici. » Si on comprend la situation qui peut se résumer à une équation très simple: Cette patiente ne sent pas bien. Comment lui rendre son sentiment de sécurité? C’est la seule question. Sa sœur est peut être morte ou habite très loin. Ça n’a aucune importance. Il faut garder le contact avec la malade et ne pas dénigrer la solution qu’elle a trouvée. Donc:  » Oui, c’est une bonne idée! »

On peut lui dire:  » Je vais regarder les horaires: Oh! le dernier autobus est déjà passé il faudra attendre demain… »

Ou encore: « Je vais m’asseoir avec vous pour attendre. Oh! c’est froid par terre! On pourrait s’asseoir là (sur le lit) ce serait plus confortable. Une tasse de chocolat cela vous ferait plaisir? Je vais vous la chercher. »

Ou encore: « Parlez moi de votre sœur elle vous aime beaucoup? Vous la voyez souvent? »

Ou encore: n’importe quoi qui permette un dialogue qui amènera la patiente à s’endormir apaisée. Et l’on voit qu’il faut se laisser aller à sa créativité naturelle. Il n’y a pas de réponse toute faite.

A domicile une patiente s’accroche de toute ses forces à son aide-soignante

La patiente a du mal à marcher et elle n’a pas beaucoup d’équilibre. En allant aux toilettes elle s’accroche si fort à son aide soignante qu’elle lui fait mal à l’épaule.

Encore une fois ne pas essayer de raisonner: « Voici votre canne. Donnez moi l’autre bras comme cela vous n’aller pas tomber » . C’est beaucoup plus efficace de lui faire un compliment: « Vous avez une nouvelle robe. Elle vous va bien! »

La robe n’est pas nouvelle mais la dame se redresse, retrouve son équilibre, lâche l’aide soignante et s’appuie sur sa canne pour revenir seule jusqu’à son fauteuil. Elle sourit, elle se sent belle. Elle était de mauvaise humeur, elle pensait : » Ah! la la! je ne tiens même plus debout ». Et maintenant elle se dit: « Je ne me souvenais plus que j’avais une nouvelle robe. Elle est belle cette robe! »

Détourner l’attention et en profiter pour dire n’importe quoi qui ramènera un sourire et apportera de la bonne humeur, c’est une manière simple de nouer des relations avec des personnes fragilisées par leur état de santé. Dans ce processus il faut se rappeler le rôle de neurones miroirs et la sensibilité des personnes à la manière dont on les considère. La sincérité et la bienveillance sont indispensables dans la relation. L’infirmière ou l’aide soignante se sentiront bien et heureuses d’avoir réussi à établir une relation avec un personne fragile.

1 réflexion sur « Comment parler à une personne fragile »

  1. ChrisdeLorraine

    Vous êtes une tellement belle personne. Merci de penser à toutes ces personnes malades et de partager comme vous le faites. C’est très important pour moi. Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.