Le livre des aidants de Jean-Pierre Polydor : alzheimer.

« alzheimer mode d’emploi. Le livre des aidants. » de Jean-Pierre Polydor.

<em srcset=alzheimer mode d’emploi. Le livre des aidants » width= »169″ height= »300″ />

C’est un livre à garder près de soi, à lire et à relire. Cet ouvrage, rédigé à partir d’un grand éventail de cas, fait le tour de beaucoup de questions et rejoint dans ses grandes lignes notre démarche. Voici quelques titres de chapitre : La maladie d’Alzheimer, comment ça marche ? Comment bien communiquer avec le patient ? Comprendre les crises. Comment donner au malade les moyens de s’exprimer ? Comment lui organiser des loisirs ? Comment lui garder sa vie d’avant ?

On y trouvera une foule d’enseignements précieux sur la relation d’empathie et des renseignements pratiques, notamment la liste des médicaments à éviter et les solutions concrètes pour éloigner les dangers de la maison.

Voici quelques citations : « La plus part des troubles de comportements sont peu sensibles aux médicaments…Une partie du traitement réside dans la manière dont on va s’occuper du malade… C’est par une ambiance paisible qu’on fait le bonheur du patient… L’angoisse pour le patient de ne pas être compris et de ne pas comprendre est extrême et peut s’exprimer par une perte encore plus grande de ses moyens.»
« Pousser un cri est une réaction naturelle, quand le vase de la grand-mère explose à terre… mais le cri doit rester la seule manifestation. »
« Les crises ne témoignent jamais d’une subite dégradation, mais toujours d’une cause parfois évidente, parfois « anodine », parfois cachée. »
Le regard de l’auteur passe sans cesse du patient qui perd ses capacités d’adaptation à l’aidant qui doit multiplier les siennes pour que tout se passe le mieux possible.

J’ai toujours pensé qu’il fallait pour chaque nouveau diagnostiqué faire un « audit » du patient, pour mettre au jour ses capacités préservées qui sont différentes pour chacun. Jean-Pierre Polydor propose de faire également un «audit » de l’aidant, pour sonder les capacités d’adaptation sur lesquelles repose l’avenir du patient et qui ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Pour faire l’effort de s’adapter, il faut savoir dans quelle direction aller, quelles sont les erreurs à ne pas commettre et garder l’espoir de trouver, dans cette nouvelle vie, une sorte de bonheur.

4 réflexions au sujet de « Le livre des aidants de Jean-Pierre Polydor : alzheimer. »

  1. Ping : De quoi est faite la bienveillance ? | Bien vivre avec Alzheimer

  2. Ping : A prescrire dans tous les cas: de la bonne humeur! | Bien vivre avec Alzheimer

  3. Ping : The slow aiding, une nouvelle manière d’aiderBien vivre avec Alzheimer

  4. chiron martine

    Bonjour, encore grand merci plus que cela , tout ce que vous avez eu l intelligence et la simplicité de confier à ce livre exceptionnel m’a donné du grain à moudre ! précieux conseils . J avais déjà eu des personnes dans ma famille de touchées mais j ai bien perçu que c ‘est une adaptation constante ; Parfois je doute de moi , et l entourage est parfois intransigeant , alors merci de prendre le temps de me lire , ceci m ‘est d’une aide considérable; Très heureusement je suis musicienne ( piano) ! et pendant 30 ans guide touristique dans le monde entier avec des personnes retraités à cette époque là; je vais relire votre livre et celui de J P POLYDOR j ‘ai aussi lu un livre de Christian BOBIN  » la présence pure  » relatant ses sentiments et plus sur son Père . donc à bientôt avec nos sourires de Francine et Martine. Merci à toute la famille et entourage .

    Répondre

Laisser un commentaire