3 réflexions sur « Un livre noir sur Alzheimer: « le crépuscule de la raison » de Maisondieu »

  1. Emma

    Je constate, hélas, que vous avez très mal interprété le livre et la leçon à en tirer. Car si Maisondieu paraît aussi virulent, c’est envers la société, et non les déments. Les exemples qu’ils donnent peuvent illustrer à merveille une part non négligeable de la réalité, bien que ceux-ci ne doivent (bien sûr) pas pour autant signifier une généralité. Bonne soirée

    Répondre
    1. coletteroumanoff Auteur de l’article

      j’ai lu attentivement ce livre trois fois de suite, je le tiens pour responsable d’une aggravation de l’incompréhension des malades (qu’on a le tort d’appeler des « déments ») par tout le milieu médical. Au Congrès des Ainés, à l’ancienne fac de médecine de Paris, en novembre dernier j’ai entendu une neuropsychologue déclarer  » Il ne faut pas oublier comme le dit si bien le docteur Maisondieu que les malades Alzheimer sont des machines à crottes!!! » sans que personne ne proteste… sidérant.
      Cette neuropsychologue parlant devant un aréopage de médecins et de professeurs de médecine était fière de citer ses sources! On voit par là que ce livre honteux n’a pas fini de faire des ravages. Maisondieu me rappelle les médecins de Molière: moins ils comprennent une maladie et mieux ils l’expliquent. D’après lui la maladie d’Alzheimer est un processus de « fécalisation », les malades se prennent eux mêmes pour le de la merde.
      Tout cela est entièrement faux et stupide. Les malades souffrent d’une perte de repère, d’un processus de des-apprentissage, qui fait qu’au bout d’un moment ils ne savent plus trouver les toilettes et encore plus tard si on leur montre les toilettes ils ne les reconnaissent pas comme ils ne se reconnaissent pas eux mêmes dans une glace. Pourtant comme les petits enfants ils n’apprécient pas du tout de se retrouver mouillés ou souillés. Comme les petits enfants ils sont très malheureux quand personne autour d’eux ne répond à leur besoin..

      Répondre
  2. cleonor Belvoy

    Je ne connaissais pas ce médecin ni son livre. Il est absolument abject… En plus d’être dangereux !
    Humaniste ? Certainement pas ! Il ne connaît ni le respect, ni la dignité et sans doute encore moins l’amour inconditionnel.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.