2 réflexions sur « Azheimer et la conduite automobile »

  1. Jacqueline

    C’est la neurologue qui a le charisme d’une huitre ! qui lui a dit de ne plus conduire. Elle lui a brossé un tableau tellement négatif de ce qui pourrait advenir en cas d’accident qu’il a été convaincu tout de suite. Il avait brûlé un stop un jour et nous avions été poursuivis et forcés de nous arrêter par le conducteur prioritaire très stressé et énervé.
    Après la visite chez la neurologue j’ai été soulagée ( c’était bien la première et dernière fois car elle a l’art de me décourager à chaque visite….) et je pensais que mon mari avait bien pris la chose me laissant conduire sans problème depuis 2 ans. Mais tout récemment je l’ai entendu dire à quelqu’un que le fait de lui interdire de cconduire l’avait choqué et que de ne plus pouvoir décider d’aller où il voulait quand il voulait le gênait. Il s’est rabattu sur le vélo mais va de moins en moins loin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.