L’homme qui tartinait une éponge

C’est le titre du nouveau livre de Colette Roumanoff aux éditions La Martinière  qui sera en librairie le 6 septembre avec le sous-titre: « Mieux vivre avec Alzheimer dans la bienveillance et la dignité »

Sur Cnews, à partir de la 23ème minute 

Voici un extrait de la préface de Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique -Hôpitaux de Paris (APHP):

« L’Homme qui tartinait une éponge est un formidable livre. Utile pour les familles, utile pour les médecins, les soignants, les aidants et ceux qui ne sont aujourd’hui ni l’un ni l’autre. Scène après scène, histoire après histoire, chapitre après chapitre, il révèle des évidences méconnues, ou niées.

Nul doute que la lecture de ce livre aidera de nombreuses familles, en soulagera d’autres, en apaisera certaines…

Colette Roumanoff a compris, comme d’autres, mais pas comme tous, des choses simples mais essentielles pour éviter de faire de la maladie d’Alzheimer, plus qu’une maladie, un calvaire. Elle a un talent pédagogique remarquable pour faire partager ses expériences et celles d’autres familles, et en tirer une série de recommandations de bon sens au milieu du non-sens que semble symboliser cette maladie.

Oui, cette lecture m’a donné envie de faire connaître ce livre le plus largement possible, de faire en sorte que cette leçon de médecine puisse être partagée dans les écoles d’infirmières, les facultés de médecine, les associations de patients…  Parce que, si on ne sait pas grand-chose sur la maladie d’Alzheimer, on sait qu’elle concernera encore beaucoup de patients, beaucoup de familles et que mieux vaut savoir, selon la belle formule de Colette Roumanoff, qu’« il y a mille et une manières de réparer le quotidien quand il se déchire ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.