Les reproches injustifiés

Si on garde à l’esprit qu’Alzheimer est une maladie de la gestion de l’information, il ne faut pas passer à coté des reproches injustifiés. Car un reproche est une information, qui peut se révéler utile, même si dans un premier temps on se sent vexé et blessé par tant d’ingratitude.

Comment faire surgir les reproches

En pleine nuit Daniel se lève, j’allume la veilleuse et je bondis hors de mon lit  pour voir ce qui se passe.  J’ouvre la porte des toilettes qui donne dans la chambre. J’allume la lumière. Il se déplace et les regarde d’un air dégoûté. Manifestement ça ne l’intéresse pas du tout. Je constate que sa chemise est  mouillée et son lit aussi. En poussant un soupir de protestation, je m’apprête à refaire le lit  et Je lui propose d’enlever la chemise pour lui en mettre une autre. Il refuse net et s’assoit au bord du lit, comme s’il était assiégé par une armée ennemie et n’avait aucune intention de se rendre.

Alors je dis d’une voix que je voudrai douce mais qui ne l’est pas vraiment comme si je lui reprochait, sans le dire, de m’avoir réveillée: « Daniel… je suis là… pour  t’aider… »

Il me répond: « Pas telle que tu es! »

Je prends le reproche en plein cœur. La formule, concise et percutante, me renvoit à moi-même. Oui, il a raison, je sens mon énervement, il me semble que je suis comme une outre percée pleine de ressentiment. J’ai beau faire, le ressentiment dégouline de partout. Je n’ai qu’une envie c’est de me recoucher. J’aurai voulu pouvoir le mettre au sec à toute vitesse. Je sais pertinemment que c’est impossible, compte tenu du stade où il en est aujourd’hui et de l’heure, deux heures du matin. La nuit,  la prise en compte de l’environnement est plus lente que le jour.

Comment faire fuir les reproches

Je ne discute pas ce reproche, car je sais que la moindre parole aggraverait une situation déjà bien compliquée. En silence, je retrouve la tiédeur de mon lit et je me calme doucement. Je suis couchée, comme c’est agréable!  Je  ferme les yeux, je les ouvre de temps en temps, Daniel est toujours assis. Si après tout, ça ne le gêne pas plus que ça d’être mouillé, il n’est d’ailleurs pas trop mouillé, sinon il aurait de lui-même enlevé sa chemise… Pourquoi  voudrai-je lui imposer une manière de faire qui ne lui convient pas à ce moment là. Au bout d’un long moment, il se recouche et j’éteins alors la lumière avec le sentiment d’avoir compris quelque chose d’important qui concerne le lâcher prise.

Dans une telle situation tout se passe comme si l’on n’avait aucun droit acquis à faire valoir. Seul compte le présent de l’instant et l’état dans lequel on se trouve ici et maintenant. La solution la plus simple c’était de se recoucher et de le laisser décompresser sans rien dire. Pourtant, j’étais prête à en faire trop, sans avoir pris le temps de jauger la situation et l’état de son trouble. Heureusement que son reproche m’en a empêché, sans quoi je me serais recouchée avec mon ressentiment intact et recouvert d’une épaisse couche de satisfaction du devoir accompli!

Dans quel état me serais-je retrouvée au réveil? En pleine contradiction, en plein conflit. Et cela me rappelle une formule de notre maître indien. (cf svami-prajnanpad.org) « Le devoir n’est pas pour l’homme. Il n’est pas question de devoir, si je sens que c’est mon travail, je le fais pour moi. » Le matin, la bonne humeur est au rendez-vous. Daniel me demande gentiment comment ça va. Il a gardé un bon souvenir de sa nuit, moi aussi.

La sensibilité aux reproches non dits

Aujourd’hui, au moment d’aller sous la douche je guide la main de Daniel vers une poignée qu’il prend pour monter la petite marche. Comme je pense à autre chose et que j’ai en vue l’efficacité du geste, je retourne sa main qu’il a mis dans le mauvais sens, je la tiens fermement et je la pousse vers la poignée. Le reproche ne se fait pas attendre: « Ce qui tu fais est horrible! »

Sa sensibilité s’est tellement développée que plus rien ne lui échappe. En tirant sur sa main je lui fait sentir que tout seul il n’arriverait pas à prendre cette poignée, ce qui n’est pas vrai. Encore une fois, il lui aurait fallu deux secondes de plus et il aurait remis sa main dans le bon sens. Il n’aurait pas senti une attaque sur son existence, son honneur et sa dignité. Car c’est tout cela qui est en jeu.

Avec l’aggravation de la maladie il est nécessaire  d’augmenter la distance, de laisser de l’espace et du temps aux moindres gestes de la vie courante. Ne pas perdre du vue les difficultés croissantes de gestion de l’information provoquées par la maladie. Prendre les reproches pour ce qu’ils sont, des informations précieuses qui montrent la voie à suivre.

6 réflexions au sujet de « Les reproches injustifiés »

  1. Martine

    C’est magnifique, comme vous vivez cette épreuve commune dans le respect et l’écoute de votre mari. Je ne sais pas si j’aurai cette maitrise de soi qu’il faut avoir dans ces moments-là. De plus j’ai peur que ma maison ne soit pas bien adaptée … exemple six marches d’escaliers pour sortir de la chambre, des petites toilettes-douche où on ne rentre qu’à un. Je ne sais où trouver de l’écoute et des conseils, nous sommes loin de tout. C’est pour cela que je suis votre blog avec avidité  et je vous remercie de l’avoir fait. Amicalement. Martine

    Répondre
    1. Bien Vieillir

      Quelle remises en questions exemplaire ! Vous dites « Sa sensibilité s’est tellement développée que plus rien ne lui échappe », je pense que votre mari vous a ouvert cette voie et qu’il a de la chance que vous empruntiez le même chemin.

      Répondre
  2. Simone

    Il n’y a pas de reproche, que du feed back! comme la PNL le dit si bien, « il n’y a pas d’échec, que un retour d’information ».
    Simone de st G.

    Répondre
    1. coletteroumanoff Auteur de l’article

      Oui, bien sur, des informations dont on peut faire un bon ou un mauvais usage, qui peuvent servir à créer plus d’harmonie ou davantage de difficultés.

      Répondre
  3. Joannon

    Bonjour
    Je suis aide soignante , j ai fais diverses formations sur cette maladie dont la validation, le quotidien de ces personnes m apprend de pratiquer une ecoute simple et franche dans mon travail avec les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, du coup il se cré une harmonie dans la relation d’ égal à égal , le ressenti corporel expliqué par votre mari Daniel m’éclaire sur cette façon d’ être’ , ce temoignage m invite a continuer a etre simplement ce que je suis avec ces personnes et a les laisser être ce qu elles sont . J’aime observer comment elles utilisent avec subtilité leur competences dans leur nouveau cadre de references.J’ai découvert avec mes premiers accompagnements comment vivre l’instant présent. En effet la spontanéité qui se développe chez ces personnes à la vitesse de l éclair m’a interpellée de suite.C’est toujours pour moi encore la base de la relation qui s’instaure entre moi et eux, vivre dans le present,j’aime me laisser guider par elles .Elles savent bien mieux que moi de quoi elles ont besoin. D’ ailleurs les contraintes dans un EHPAD sont bien souvent responsables des restrictions de leur élan pour vivre bien. Alors il me semble capital que le personnel des soins soit à l’écoute de cette merveilleuse énergie de communication qu’ elles nous transmettent.
    Bien sincerement Patricia

    Répondre

Laisser un commentaire