6 réflexions sur « Etre ou ne pas être une béquille? »

  1. Daniel Gallet

    Je reçois en ce moment des messages de sympathie allant jusqu’à la compassion quand j’apprends aux personnes que je connais, la maladie de Manou. Il en est même qui me disent : « mais ça ne se voit pas qu’elle a la maladie d’alzheimer « , comme si un signe distinctif devait se percevoir. Cela montre combien de chemin il reste encore à faire pour que l’appréhension se transforme en acceptation.
    Quant à la béquille, il me vient un souvenir à l’esprit : ça se passait dans un train qui emmenait de nuit, du Nord de la France jusqu’à Lourdes, des malades du plus légèrement atteint au plus gravement dépendant. Ce train affrété à la sncf servait autrefois d’ambulance aux armées , ce qui laisse entrevoir le confort spartiate de ces wagons au bruit saccadé sur les rails. J’étais alors brancardier chargé d’accompagner, avec d’autres, les malades dans ce long périple.
    Dans la nuit, l’un des malades ayant besoin d’aller aux toilettes, je fus chargé de le conduire. Je m’apprêtais à le prendre sous les bras quand il me dit : « attends, il faut me mettre ma jambe » : il avait été amputé et sa jambe artificielle se trouvait dans la couchette près de lui. C’est ainsi que je le conduisais jusqu’aux WC, dans un couloir de train tremblant, le soutenant malgré lui car il me disait être capable de marcher seul, sans béquille, sans mon aide…Il faut parfois se mettre en retrait pour ne pas vexer celui que l’on croit faible et qui a la volonté de montrer qu’il ne l’est pas. C’est une de mes leçons apprises sur le rôle de l’aidant que j’ai retenue et que j’essaie de mettre en œuvre dès que l’occasion se présente. La béquille doit savoir se déguiser !!!.

    Répondre
  2. ROUZIES

    Tellement vrai !tellement encourageant et plein de bon sens!
    ça fait du bien de se dire que l’on n’est pas seul à ressentir / apprécier les mêmes choses et à tenter des solutions uniques tout en sachant partager tous ces  » encore » bons moments
    merci de promouvoir du rire et de la bonne humeur au milieu de tout ce sérieux convenu
    francis

    Répondre
  3. ja

    Comme il est difficile en effet dans cette période de voeux de recevoir des messages de sympathie certes, mais avec toujours cette petite pointe  » ĺes prochaines années ne devant pas être drôles alors profite encore de celle là »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.